Service Départemental d’Incendie et de Secours de Maine-et-Loire

Vous êtes dans : Accueil > Le SDIS de Maine-et-Loire > Ses missions > Prévision et SDACR

Prévision et SDACR

Le travail quotidien du groupement de la prévision permet de fournir aux unités opérationnelles tous les outils indispensables au bon déroulement des missions de secours : réalisation et mise à jour d’une cartographie du département ; contrôle des points d’eau, des dossiers de lotissements et plans locaux d’urbanisme ; étude des dossiers de services de sécurité ; réalisation de plans de secours ; organisation d’exercices…

 

Texte fondateur, le Schéma d'Analyse et de Couverture des Risques (SDACR)

Le SDACR est un document officiel dressant l'inventaire des risques de toute nature, présents sur le département. Il permet à l’établissement public de mener à bien ses missions : porter secours aux personnes, protéger les biens, prévenir les risques et faire face à toutes les situations d’urgence consécutives aux incendies, aux accidents et autres sinistres et catastrophes. Grâce à une analyse approfondie du territoire (évolution de la démographie, des voies de communication, du développement économique, prise en compte des éléments climatiques et géographiques...), la totalité des risques représentatifs du département est répertoriée. Ils se répartissent en deux familles : les risques courants et les risques particuliers.

Les risques courants

Sont appelés risques « courants » ceux qui présentent une forte probabilité d’occurrence. Ils sont répartis dans le temps et l’espace et leurs effets sur les personnes, les biens ou l’environnement sont de gravité faible. Ils relèvent pour l’essentiel de l’activité humaine et sont globalement en rapport avec l’importance de la population.
Les moyens utilisés pour y faire face correspondent à un faible nombre de véhicules et personnels d’une technicité courante.

Les risques courants sont classifiés en quatre catégories :

  • Le risque « secours à personnes »
  • Le risque « accident voie publique »
  • Le risque « incendie »
  • Le risque « feux de végétaux »

Avec 72 % des interventions, le secours à la personne constitue la majorité de l'activité des sapeurs-pompiers. Pour répondre à ces urgences dans les délais les plus courts et le plus favorablement, le SDIS de Maine-et-Loire place actuellement ses priorités sur la mise en place de défibrillateurs entièrement automatiques dans toutes les communes du territoire et sur l'intervention d'équipe de secouristes renforcée complémentaires aux équipes du SMUR.
En savoir plus sur les gestes qui sauvent.

Les risques particuliers

Quatre risques dits particuliers sont identifiés sur le département : les risques naturels (inondation, glissement de terrain, événement climatique, feux de forêts et végétaux), les risques technologiques, les risques collectifs (grands rassemblements, accidents ferroviaires et routiers, …) et les risques patrimoniaux (773 monuments historiques).

Afin d’assurer la couverture de ces risques, diverses spécialités sont opérationnelles depuis déjà de nombreuses années. C’est le cas des équipes de sauvetage-déblaiement, du GRIMP, de risque chimique. La mise en place d’équipes de secours aquatique en surface vient compléter l’activité opérationnelle des plongeurs basés à Angers. En complément des équipes spécialisées, des matériels spécifiques sont répartis dans les centres en fonction des risques (matériels d’éclairage, poste médical avancé, embarcations, matériels de lutte contre les pollutions…).

A partir de ce schéma sont également établis des délais d'intervention à respecter : 10 minutes en zone urbaine et 20 minutes en zone rurale, pour les risques courants. Pour tous les risques particuliers, les délais sont de 30 à 60 minutes, temps nécessaire pour activer des cellules spécifiques.

Enfin qui dit prévention, dit anticipation. Aussi, quotidiennement, les sapeurs pompiers du département enchaînent exercices et simulations d'interventions. L'objectif : être performant et avoir une bonne vision du terrain.

L’organisation des moyens de secours

Le métier évolue et les risques aussi. Le SDIS a donc mis en place des plans d’équipements sur plusieurs années. Ils permettent de renouveler et de moderniser les matériels et infrastructures.

Depuis 2001, cela s’est traduit par :

  • la construction de 13 nouveaux centres de secours (en moyenne 3 par an)
  • 12 réhabilitations et extensions de centres
  • la modernisation des équipements des sapeurs-pompiers (vêtements de protection, matériels d’intervention…).

Et la construction d’une nouvelle direction départementale et d’une école de formation permettant de réaliser des formations au plus proche des risques rencontrés par les sapeurs-pompiers en intervention.

eZ publish © Inovagora